retour

Pas de fromage sans biodiversité

Le thème de l’exposition « Pas de fromage sans biodiversité » dans la steppe mongole traite de la biodiversité comme indicateur de richesse et de bien-être pour l’humanité. L’objectif de l’exposition est de démontrer que le lait et le fromage sont des produits dérivés de cette diversité.

Il y a 10 000 ans, les hommes sur le continent européen ont commencé la traite des chèvres et des brebis domestiques. 1500 plus tard, l’aurochs faisait également partie des animaux utilisés pour leur lait. Pendant l’époque coloniale, les Européens découvrirent de nouveaux continents et exportèrent l’industrie laitière vers l’Amérique du Nord, l’Australie et la Nouvelle-Zélande. Aujourd’hui, la Suisse, l’Allemagne, l’Italie, la Suède, le Kazakhstan, l’Australie et la Nouvelle-Zélande sont les plus gros consommateurs de lait par habitant.
À la différence de la culture laitière européenne, les pays d’Afrique du Nord et d’Afrique occidentale ou du Proche-Orient, exploitent également les dromadaires pour leur lait en plus des chèvres et des brebis. Les chameaux, les yaks et les chevaux sont traits depuis plusieurs milliers d’années en Asie centrale. La traite ressemble à la traite des espèces plus exotiques comme les zébus, les bœufs Watussi, les buffles d’Asie, les ânes, les alpagas et les rennes. Un reflet de ces cultures laitières riches en tradition est la tolérance au lactose dans la population. Au Congo, où traditionnellement le lait consommé n’est jamais d’origine animale, le pourcentage de tolérance au lactose est de 1% environ. Au contraire, ce pourcentage de tolérance au lactose est de 87% chez les Touaregs d’Afrique. Grâce à une enzyme présente dans l’intestin grêle, ils sont capables de digérer le lait frais, comme 93% des Suisses. Un signe évident d’une consommation traditionnellement élevée.
À partir du lait, on produit du yoghourt et du fromage. D’un côté une transformation de la matière lait, d’autre part un progrès décisif en terme de conservation: un exemple l’aaruul, un fromage blanc de Mongolie, acidifié sous l’action de bactéries et séché entièrement à la lumière du soleil, avec une durée de conservation quasiment illimitée. En plus des bactéries productrices d’acide lactique, plusieurs milliers d’autres bactéries et champignons sont utilisés pour produire plus de 5000 sortes de fromages. Diverses espèces d’ongulés et une multitude de bactéries et de moisissures nobles apportent une contribution inestimable à notre alimentation: Pas de fromage sans biodiversité

Kamelreiten im Zoo Zürich
Icon Kamelreiten im Zoo Zürich

Tiererlebnisse

Kamelreiten (ab 6 Jahren)

Findet nicht statt

Heute
13:30 Uhr
Mongolische Steppe
Ponyreiten im Zoo Zürich
Icon Ponyreiten im Zoo Zürich

Tiererlebnisse

Ponyreiten

Findet nicht statt

Heute
14:15 Uhr
Mongolische Steppe
Kamelreiten im Zoo Zürich
Icon Kamelreiten im Zoo Zürich

Tiererlebnisse

Kamelreiten (ab 6 Jahren)

Durchführung tagesabhängig

Tue, 23. Jul 19
13:30 Uhr
Mongolische Steppe

Autres sujets