retour

Kaeng Krachan

Notre Engagement

Le Zoo de Zurich soutient le parc national de Kaeng Krachan en Thaïlande, qui protège les éléphants en étroite collaboration avec la Wildlife Conservation Society WCS. Cet engagement vise à désamorcer le conflit entre l'homme et l'éléphant. En plus des clôtures de protection qui empêchent les éléphants de pénétrer dans des zones habitées, un centre d'information a été construit en vue de sensibiliser les enfants des écoles et la population à la protection de la nature. En outre, le Zoo de Zurich soutient les gardes-chasses du parc national de Kaeng Krachan dans leur lutte contre le braconnage en finançant leur équipement et leur formation.

Protection Concrète

Avec ses quelque 3000 kilomètres carrés, le parc national de Kaeng Krachan est la plus grande réserve de Thaïlande. Il abrite environ 200 éléphants sauvages. Ce parc et d'autres réserves au nord englobent les zones forestières les plus étendues et à la biodiversité la plus riche de tout le sud-est asiatique. L'objectif est de créer des corridors reliant d'autres réserves afin de protéger durablement les routes de migration traditionnelles des éléphants ainsi que les tigres, gibbons, tapirs et autres espèces d'animaux et de plantes menacées.  

Les Défis

Originellement, l'habitat de l'éléphant d'Asie s'étendait jusqu'à la Chine et englobait le Sri Lanka, Sumatra et Bornéo. Aujourd'hui, l'Union internationale pour la conservation de la nature UICN considère que l'existence de ces éléphants à l'état sauvage est fortement menacée. Dans certaines régions d'Asie du sud-est, cette espèce est menacée d'extinction. En Thaïlande, on estime à 3000 le nombre d'éléphants vivant à l'état sauvage. Plusieurs facteurs menacent les populations. D'une part, les pachydermes sont la cible des braconniers pour l'ivoire de leurs défenses. D'autre part, leur habitat ne cesse de régresser en raison de la déforestation et de l'extension des cultures agricoles.

Les cultures agricoles détruisent les lieux d'alimentation et les routes de migration traditionnels des éléphants sauvages. Dans leurs migrations, les animaux occasionnent de gros dommages aux plantations, aux maisons et aux élevages. Il en résulte des conflits qui peuvent être nettement apaisés par des clôtures de protection et des postes de garde. Des clôtures sous alarme sont donc installées sur le pourtour du parc national. Si les éléphants les brisent, une alarme acoustique et lumineuse se déclenche. Les postes de garde repoussent ensuite les pachydermes dans la forêt. La longueur limitée de la clôture permet aux animaux de reprendre leur migration après un détour. Dans certaines régions, on a ainsi pu réduire les conflits de 90 pour cent.

Alarmzaun zur Entschärfung des Human-Elephant-Conflicts
Clôture sous alarme.

Un couloir de migration de 75 kilomètres de long vise à permettre aux éléphants du parc national de Kaeng Krachan de migrer en toute sécurité dans les réserves situées au nord. En étroite collaboration avec la Wildlife Conservation Society WCS, le Zoo de Zurich aide les gardes-chasses du parc à lutter contre le braconnage, la déforestation et l'exploitation illégale des terres.

Ranger des Kaeng Krachan Nationalparks
Gardes-chasses du parc national de Kaeng Krachan.
Dr. Petra Lahann, WCS Madagaskar
Manoon Pliosungnoen, WCS Thailand: Le scientifique environnementaliste Manoon Pliosungnoen travaille depuis 2009 pour la Wildlife Conservation Society WCS Thaïlande en tant que Chef de projet dans le Complexe forestier Kaeng Krachan.
Dr. Martin Bauer, conservateur en chef du Zoo de Zurich
Dr. Martin Bauert, Conservateur principal du Zoo de Zürich : Dirige le Département zoobiologie et est le principal responsable du projet écologique du Zoo de Zurich Il travaille en étroite collaboration avec les responsables du projet en Thaïlande. Il est Vice-président de la Commission pour les affaires relatives à la Convention de Washington sur la conservation des espèces (CITES).