Skip to main content
  • Mammuts in der Eiszeitausstellung «Kaltgestellt» im Zoo Zürich.

    Mis au froid

    Exposition temporaire de novembre 2023 à mars 2024.

    Le petit bébé mammouth à la recherche de sa maman.

    Mis au froid dans la période glaciaire

    Les animaux de la dernière ère glaciaire étaient grands et hirsutes. Ils vivaient adaptés au froid et aux vastes steppes. Mais il y a environ 24 000 ans, le climat s’est progressivement réchauffé : Le niveau de la mer a augmenté et l’eau a inondé les terres. Des forêts ont remplacé les steppes. De nombreux animaux n’ont pas pu survivre dans ce nouvel environnement. Les survivants se sont déplacés vers le nord, où ils ont été totalement exterminés par la chasse humaine.

    L'extinction des espèces aujourd'hui

    De nombreux parents des géants de l’ère glaciaire luttent à nouveau pour survivre aujourd’hui. Mais aujourd’hui, c’est nous, les humains, qui sommes la force motrice : Nous détruisons les habitats, chassons les animaux et modifions le climat à une vitesse vertigineuse par notre impact sur l’environnement. L’extinction des espèces due à l’activité humaine est plusieurs fois supérieure à celle de la dernière période glaciaire.

    En tant que zoo, nous nous engageons pour un monde où la nature, les animaux et les êtres humains ont tous de l‘espace.

    Mais chaque personne peut aussi protéger la nature. Car :

    De petits choses ont un impact important

    C'est pourquoi nous vous proposons ici des conseils et des instructions pratiques pour protéger activement la nature au quotidien.

    Conseil n° 1 : renoncer à la viande une fois par semaine

    L'alimentation est le meilleur levier pour réduire l'impact personnel sur l'environnement au quotidien. L'objectif est de consommer davantage d'aliments d'origine végétale. En effet, la production de viande et d'autres aliments d'origine animale nécessite beaucoup de ressources telles que l'eau, les terres arables et l'énergie.

    Près de la moitié des terres arables en Suisse ne servent qu'à la production d'aliments pour animaux – et nous achetons des aliments supplémentaires à l'étranger. Ne manger que très peu de viande et préférer bien plus souvent un menu végétarien fait donc toute la différence pour l'empreinte écologique quotidienne.

    Image symbolique d'un repas sans viande adapté aux enfants.

    Une présentation amusante : Avec un peu d'imagination, renoncer à la viande est très simple. Photo : iStockphoto, serg78

    Dans nos restaurants du zoo, la moitié des offres sont végétariennes ou végétaliennes. En outre, notre poisson provient exclusivement des eaux suisses ou d'élevages suisses. Et nous renonçons totalement aux poissons de mer, aux crustacés et aux fruits de mer.

    Conseil n° 2 : acheter des fruits et légumes de saison

    Des fraises en hiver ? Mieux vaut ne pas le faire. L'empreinte carbone des fraises cultivées sous serre est dix fois plus importante que celle des fraises de saison cultivées dans la région.

    Ce rapport ne vaut pas seulement pour les fraises, mais aussi pour tous les fruits et légumes locaux. En effet, en saison appropriée, ces derniers permettent d'économiser, outre les trajets de transport plus longs, le chauffage et la ventilation des serres. Il vaut donc doublement la peine de faire attention à la saison et à l'origine. Car la protection de la nature commence aussi par le plan de menus personnel.

    Image symbolique d'un repas de légumes.

    Colorés, sains, bons : les légumes de saison. Photo : iStockphoto, Sarsmis

    Dans les restaurants du zoo, nous servons avec nos fameuses « Züri Frites » exclusivement des pommes de terre du canton de Zurich – frites avec de l'huile de tournesol et de colza suisse. Nous renonçons délibérément à la marchandise aérienne, c'est-à-dire aux aliments importés par avion.

    Conseil n° 3 : laisser les feuilles mortes et le bois dans le jardin pendant l'hiver

    Les tas de feuilles et de branches sont d'excellents refuges pour de nombreux animaux : Les insectes, les vers et les escargots, mais aussi les oiseaux et les hérissons apprécient ces tas comme abris. Les larves d'insectes et les vers se nourrissent des feuilles mortes et du bois en décomposition. Parallèlement, les feuilles mortes protègent le sol et les plantes du gel – un effet secondaire bienvenu. Grâce à cette astuce simple, vous pouvez favoriser la biodiversité devant votre porte.

    Image symbolique du tas de feuilles dans le jardin.

    Une astuce simple (et gratuite) pour favoriser la biodiversité dans son jardin : Ne pas enlever les feuilles mortes, mais les laisser en tas. Photo : iStockphoto, 77pixels

    Au Zoo de Zurich, dans les habitats proches de l'état naturel ne vivent pas seulement des espèces animales menacées comme les éléphants, les girafes et autres. Dans les étangs, les niches rocheuses, les arbres et les haies, s'ébattent également de nombreuses espèces animales indigènes qui ont également besoin de notre soutien de toute urgence.

    Conseil n°4 & instructions : Construire un hôtel pour insectes

    Il est très facile de construire un hôtel à insectes sans trop d'efforts ni de frais : Avec des pierres, des roseaux, de l'argile, du bois et bien d'autres choses encore, il est possible de créer de magnifiques habitats. L'imagination n'a pas de limites.

    Une fois installé, il suffit d'un peu de patience pour que les hôtes de l'hôtel tels que les bourdons, les ichneumons et les abeilles sauvages s'installent dans leur nouvelle maison. L'hôtel pour insectes offre un habitat précieux à de nombreux insectes, ce qui favorise la biodiversité sur le pas de la porte.

    Au zoo de Zurich, un hôtel pour les espèces d'abeilles sauvages solitaires se trouve à côté de la volière Lori. Au printemps, l'activité y est intense lorsque de nouvelles habitantes s'y installent et déposent leurs œufs dans les trous préparés à cet effet.

    Image symbolique d'un hôtel pour insectes.

    Les hôtels pour insectes offrent des habitats précieux et favorisent la biodiversité. Photo : iStockphoto, Kerrick

    Instructions : construire un hôtel pour insectes

    Les abeilles sauvages, les bourdons et d'autres insectes apportent une contribution précieuse au maintien de l'équilibre écologique dans nos jardins et dans l'agriculture. Un hôtel à insectes aide les animaux à hiberner et constitue une aide importante à la nidification.

    Il est important que les différents éléments destinés aux insectes soient montés sur un mur et protégés de la pluie et de la neige. Vous pouvez par exemple fabriquer un toit avec deux planches de 50x25 cm d'une épaisseur d'environ 2 cm et le visser à l'aide d'un harpon en bois. Vous pouvez ensuite y installer les « chambres » des différents insectes invités.

    Tiges de bois comme aides à l'emboîtement

    • Vous avez besoin de bois dur sec, comme le frêne ou le chêne, d'une épaisseur de 10 à 15 cm.
    • Percez des trous d'une profondeur maximale de 10 cm à l'aide d'une perceuse sans fil. Attention : Ne percez pas complètement le bois, les tubes du nid doivent être fermés à l'arrière.
    • Diamètre de la perceuse à bois 3 à 8 mm, laisser suffisamment d'espace entre les trous.
    • Nettoyer soigneusement les trous et poncer les bords pour que les abeilles ne se blessent pas..

    La vie dans une boîte de conserve

    • Vous avez besoin d'une boîte de conserve vide.
    • Coupez des tiges végétales creuses et séchées de roseau, de sureau ou de bambou à la longueur de la boîte de conserve. Dans le cas du bambou, veillez à ce qu'il reste environ 10 cm de tube ouvert (percez les « nœuds » de la tige si nécessaire).
    • Remplissez fermement les tiges dures et molles dans la boîte de conserve afin que le matériau ne tombe pas en vrac.
    • En guise de variante, la boîte peut également être remplie d'herbes sèches ou de paille.

    Abri pour les perce-oreilles dans une cloche en terre cuite

    • Vous avez besoin d'un pot de fleurs d'un diamètre d'environ 12 cm.
    • Attachez de la paille et des herbes sèches en faisceau avec de la ficelle et faites passer la ficelle par le trou du fond du pot.
    • Suspendez le pot rempli à une branche dans un endroit ombragé. Ne pas se trouver à proximité immédiate de l'hôtel à insectes pour les abeilles, sinon le perce-oreille mangera les œufs ou les larves des abeilles.

    Instructions en PDF :

    Instructions : Confectionner et lancer des boules à graines
    Image symbolique des boules à graines.

    Elles ressemblent à des truffes au chocolat, mais ne sont pas destinées à être mangées : les boules de graines. Photo : iStockphoto, miriam-doerr

    Pour promouvoir les abeilles, les bourdons et les papillons dans les zones urbaines, des boules de graines faites maison à partir de précieuses fleurs sauvages peuvent être jetées dans les bordures de plantes, les parcs, les îlots de circulation, etc. Bon lancer !

    Ingrédients pour env. 20 boules de graines

    • 200 g d'argile (disponible en droguerie)
    • 200 g de terreau sans tourbe
    • 3 sachets de graines de fleurs sauvages indigènes variées
    • De l'eau
    • 1 petit et 1 grand bol
    • Papier journal

    Confectionner des boules de graines :

    1. Mettez les différentes graines de fleurs dans le petit bol et mélangez-les.
    2. Mettez le terreau dans le grand bol et ameublissez-le pour qu'il n'y ait pas de grumeaux ou de gros morceaux. Ajoutez l'argile et les graines et mélangez bien.
    3. Ajouter progressivement de petites quantités d'eau pour former des boules de la taille d'une noix. S'il y a trop d'eau, le mélange devient trop liquide et ne peut pas être façonné. Dans ce cas, ajoutez un peu plus d'argile et de terreau.
    4. Pressez une petite partie du mélange dans la paume de votre main et formez des boules avec précaution.
    5. Laissez sécher les boules terminées sur le papier journal. Attention : Ne les placez pas sur le radiateur, car elles seraient trop chaudes pour les graines. Après environ deux jours, les bombes de graines sont prêtes à être lancées.

    Offrez maintenant les boules de graines en cadeau et/ou lancez-les dans votre propre jardin, dans les plates-bandes de votre quartier ou dans les parcs publics au printemps. (Veuillez ne pas les jeter dans les jardins privés, les réserves naturelles ou les terres agricoles).

    Instructions en PDF :

    In unserem Onlineshop gibt es verschiedene Samenmischungen zu Kaufen:

    Samenmischungen

    Pour les écoles : Minibook avec quiz et conseils

    Notre mini-livre à imprimer et à plier. Il contient un quiz pour découvrir l'exposition sur l'âge de glace et de nombreux conseils sur la manière dont chacun/chacune peut protéger la nature. (Disponible uniquement en allemand.)

    Nos 17 animaux de l'âge de glace

    Dans l'exposition « Mis au froid », vous rencontrerez dix-sept animaux de l'ère glaciaire appartenant à sept espèces différentes.

    Wollhaarmammuts in der Eiszeitausstellung «Kaltgestellt» im Zoo Zürich.
    Smilodon in der Eiszeitausstellung «Kaltgestellt» im Zoo Zürich.
    Elasmotherium in der Eiszeitausstellung «Kaltgestellt» im Zoo Zürich.
    Riesenhirsche in der Eiszeitausstellung «Kaltgestellt» im Zoo Zürich.
    Höhlenbär in der Eiszeitausstellung «Kaltgestellt» im Zoo Zürich.
    Wollnashörner in der Eiszeitausstellung «Kaltgestellt» im Zoo Zürich.
    Schattenwölfe in der Eiszeitausstellung «Kaltgestellt» im Zoo Zürich.

    Des informations sur tous les animaux sont disponibles dans le lexique des animaux.

    Lexique des animaux